Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Légiférer sur l'accès anticipé aux jeux, les f2p, le crowfunding

Publié le 29 Janvier 2015

Les jeux en early access prolifèrent sur Steam. On trouve de bons jeux, certes, mais aussi de très mauvais jeux, voire des jeux malhonnêtes. La sortie de H1Z1 en accès anticipé m'a scandalisé, parce qu'il s'agit d'un jeu dit f2p avec un accès anticipé payant, et que le jeu m'a l'air parti pour foncer tout droit dans le mur.

Ce qui m'exaspère, c'est qu'un idéal a priori noble, financer un projet pour contribuer à sa réussite, est détourné pour faire de l'argent facile. Sony n'a pas besoin de l'argent de l'accès anticipé pour financer son f2p. Trop de sociétés pourrissent le magasin de Steam avec des vaporwares ou des jeux voués à l'échec qui ne tiendront jamais leurs promesses.

Le problème est un peu le même avec le f2p. Pour le cas du f2p, la faute est à incomber à des irresponsables qui ont durablement terni l'image de ce genre. Combien de f2p proposant des avantages in game éhontés moyennant de fortes sommes d'argent? J'ai souvenir de certains free to play accessibles par un navigateur qui excellaient dans ce domaine et, ce faisant, sciaient la branche sur laquelle étaient assis l'ensemble des développeurs. Le capital confiance du f2p a été durablement entamé par des sociétés allant jusqu'à proposer des packs d'avantages à plus de 60 euros, ou des gestionnaires irresponsables qui tout en proposant des options payantes laissaient perdurer pendant des mois des failles énormes permettant à des tricheurs de squatter le haut du classement. Et c'est à cause de ces gens là que la commission européenne s'est penché sur le sujet. Des charlatans ont trop exploité le système.

Je ne m'étendrai pas sur le crowfunding, car le problème est à mon sens assez proche de celui de l'accès anticipé. Internet reste un espace assez hostile et dangereux, qui doit être davantage contrôlé pour éviter que les gens ordinaires ne soient victimes d'imposteurs et d'escrocs, en cravate ou pas.

Commenter cet article