Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les pires trahisons

Publié le 16 Février 2015

Ils sont nombreux, les éditeurs qui, par leurs choix, ont trahi l'esprit d'une licence, et déçu les puristes d'un jeu. J'évoquerai ici les trahisons que j'ai le plus mal vécues.

Diablo

Diablo, victime, de son succès, a vu son ambiance sombre et gothique sacrifiée au profit, dans Diablo 3, d'un lore plus "universel". Adieu bestiaire inspiré de la culture chrétienne, adieu labyrinthes claustrophobiques... Un scénario insipide et creux, une histoire cousue de fil blanc où les moindres rebondissements sont prévisibles. Diablo 3 a définitivement contribué à me faire inscire Blizzard sur la liste des éditeurs que je déteste et ne souhaite pas voir prospérer.

Hitman

L'absolution d'hitman aura précipité sa condamnation aux yeux des vrais fans. Abandonnant l'ancien système de jeu où il fallait observer soigneusement ce qui se passait dans un niveau semi-ouvert, planifier un meurtre, et l'exécuter le plus proprement possible, les développeurs ont opté pour un road-movie jonché de niveaux couloirs sans saveur, saccagé le fonctionnement des costumes, et fait de 47 le héro de film d'action qu'il n'aurait jamais du devenir. Il va sans dire que les pertes financières de Square Enix ne m'ont pas ému et que je les ai vécues comme une revanche.

Thief

Tout comme Hitman, voici un exemple de jeu d'infiltration massacré. Par Square Enix. Bis repetita placent. La liste des éditeurs détestés s'allongent

Assassin'sCreed

Série prometteuse, qui à force de trop abuser de cliffhangers, a fini par lasser. Une histoire dont on ne voit jamais le bout, ôtant tout plaisir à finir un opus(on sait qu'on ne va pas battre le jeu, puisque le scénario se termine à chaque fois sur un "suite au prochain épisode" sans saveur).Un manque de liberté de plus en plus étouffant dans des espaces faussement ouverts ou les activités annexes se résument à récolter des drapeaux ou des plumes. Un rythme de production annuelle que j'ai contribué à encourager(plus parce qu'il n'y avait rien à un instant t que par enthousiasme) qui a plombé la qualité de la licence. Un syndrome Ubisoft du jeu "limité" dans sa conception en somme. Je peux déjà dire que Far Cry 3 est un Assassin's Creed en devenir à ce niveau. Far Cry 3 sera bientôt une licence quasi annuelle, avec simplement à chaque fois un environnement et une couverture de jeu différente qui sera "hyped" à l'extrême.

Commenter cet article