Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contre l'originalité ordinaire

Publié le 8 Septembre 2013

Un mal, un mal qui ne dit pas son nom, mais qui, dans l'ombre de la pensée humaine, sème la fadeur.

Il n'est pas rare que lorsque vous lisez une critique d'une œuvre littéraire, d'un film ou même d'un jeu vidéo, vous puissiez lire le commentaire suivant: le film/livre/jeu évite l'écueil de la morale manichéenne et met en jeu des personnages qui doivent assumer les conséquences de leurs choix, et montre que des décisions bonnes sur le plan moral peuvent avoir des conséquences négatives.

Je m'oppose au postulat d'un tel commentaire. Il y a en effet dans cette analyse très fréquente l'idée que la réalité "vraie", la réalité politique, sociale et économique exigerait de faire des entorses, parfois graves, à la morale, pour éviter de plus grands maux à long terme. Il y a dans cet aveu un renoncement à l'idéal, une concession faite à la médiocrité, qui me semble insupportable. Dans le dernier numéro de Canard PC, Omar Boulon écrivait ceci dans sa preview de Wasteland 2 : "Enfin un jeu ou faire le Bien n'attire pas forcément du Bon." On ne peut pas nier que les jeux à la morale "simple" ne soient Légion. Ce qui me gêne, c'est ce qu'implique ce jugement, qui accorde une supériorité artistique et intellectuelle à la dissociation du Bien et du Bon. Il est tout aussi convenu d'opposer le Bien et le Bon que de les associer systématiquement.

Ensuite, parlons un peu de ce qui fait que les gens adhèrent aux œuvres dites manichéennes. Ces œuvres font actes de rappel salutaires. La tyrannie du tout se vaut, qui exerce son joug depuis près d'une quarantaine d'années, a trop longtemps sapé les fondements de notre société. Il n'y a pas de honte à aimer qu'une personne agissant de façon honorable soit récompensé pour ses efforts. Oh je sais aujourd'hui, dire cela, c'est s'exposer des remarques typiques: "pensée bisounours, esprit naif et candide,simpliste,etc"

Soyons clair je ne dis pas que les adversaires du manichéisme systématique et caricatural ont complètement tort(et cela concerne aussi les rédacteurs deCPC), mais simplement qu'il peut y avoir du bon à ce que les jeux soient empreints d'une morale valorisant le Bien et condamnant le Mal.

La morale a disparu de nos écoles, et s'il est possible de redresser un tant soi peu les mœurs par le biais des médias hi-tech, autant ne pas s'en priver. Que le Juste châtie le fourbe, le cruel ou l'ignoble, cela n'a rien de choquant. Moi ce qui me choque, c'est qu'on valorise toujours le fait qu'un personnage mauvais s'en sorte ou triomphe "parce que c'est original".

Rédacteurs de CPC, si votre plume est une épée, demandez vous vers qui il faut la pointer.

Commenter cet article