Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jeux PC: morosité

Publié le 8 Juin 2014

Depuis quelques années, les analystes sont unanimes: le marché du jeu PC, dont certains Cassandre ont annoncé pendant des années la mort imminente, est en pleine résurrection. La cause de ce miracle tiendrait à l'expansion du jeu vidéo dématérialisé, expansion qui s'accompagne sur pc d'une baisse rapide du prix des jeux après leur sortie, enfin quand ils ne sont pas publiés par des sociétés qui ne savent produire que des remakes HD vendu au prix fort, ou des shooter génériques dont le budget marketting suffirait à lui seul à financer des centaines de nouvelles œuvres.

On ne peut pas le nier le catalogue s'élargit, et se divise principalement en trois grandes catégories: les oldies, les jeux blockbuster, les jeux indépendants. Sur le papier donc, il y a du choix.

Seulement, on s'aperçoit assez vite du problème que vont immanquablement rencontrer la plupart des joueurs à un moment donné: la lassitude face à un catalogue qui ne se renouvelle finalement qu'assez peu. Les oldies permettent de découvrir ou redécouvrir de vieux titres, mais, pour beaucoup, ont un gameplay qui a fait son temps. Les jeux blockbuster proposés sont souvent les suites génériques de licences à succès, des suites parfois dénaturées par des choix marketting discutables et racoleurs: Hitman, Tomb Raider, Thief... Nombreuses sont les licences tombées au champ d'honneur. Parfois, quelques licences neuves sont bien portées sur PC, comme Dishonored ou Watch Dogs. Mais dans l'ensemble, la plupart des titres sont généralement conçus pour être vite consommés, ce qui est à la fois appréciable et détestable. Appréciable, car cela permet au joueur de vivre une aventure courte et intense, accessible et finissable. Regrettable, car ces titres laissent derrière eux un immense vide, surtout lorsque leurs qualités artistiques ou scénaristiques ne les rendent pas inoubliables. Il faut également considérer tous ces titres jamais portés sur pc pour d'obcures raisons , tel Red Dead Redemption. Le hardcore gamer alpha male tel qu'on peut le rencontrer sur les forums affirmera souvent que "l'absence d'accès à des jeux pour consoleux n'est pas une grande perte", se confortant ainsi dans les clichés les plus ineptes.

Ce problème majeur est accentué par l'inexistence d'un grand genre du jeu vidéo: le jrpg. Les japonais, frileux, hésitent à porter de grandes licences sur nos pc.Leur conception culturelle unique du PC , qui n'est pas spontanément perçu comme un support de jeux chez les nippons, nous prive encore et toujours de titres exceptionnels comme Monster Hunter.

D'autres genres semblent également en net recul sur nos machines. En dehors de Starcraft 2, les RTS purs et durs sont rares. Sans doute perçu comme un genre peu évident à appréhender par les novices, les éditeurs ne se risquent pas à innover dans ce domaine. Le succès des tower-defense montre pourtant qu'il ya bien une attente et un potentiel dans ce secteur du marché.

Les jeux indépendants, enfin, permettent d'explorer des pistes inédites, des concepts novateurs, mais sont larvés par la multiplication des plateformes visant à leur venir en aide. Difficile de faire le tri entre Kickstarter, Greenlight, Desura, les jeux proposés dans les humble bundle. On est souvent tenté, à juste titre, de se rabattre sur les jeux stars, dont la large diffusion dans les médias et les critiques élogieuses assurent une certaine qualité.

Au bout du compte, le marché du jeu PC est un marché vaste mais monotone voire déprimant, miné par une industrie qui peine à créer des concepts novateurs nous faisant rêver.

Commenter cet article