Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Carton Rouge pour Ubisoft

Publié le 14 Décembre 2013

Aujourd'hui, j'adresserai un carton rouge à Ubisoft, l'éternel mauvais communiquant. Il y a encore quelques années de cela, Ubisoft ternissait sa réputation en défendant régulièrement l'usage de DRM contraignants dans ses jeux. On parlait alors moins de l'éditeur pour son talent que pour son incompétence caractérisée, son incapacité à comprendre le consommateur.

Aujourd'hui, plus de DRM, mais cette plateforme dématérialisée, Uplay, horrible et pathétique, à mille lieues de ce que propose Steam en terme d'expérience de l'utilisateur. Cette plateforme dématérialisée porte atteinte à l'image du jeu vidéo français. Ubisoft, auquel on pourrait appliquer avec justice le dicton "il n'y a pire sourd que celui que celui qui ne veut pas entendre";, refuse de réformer sa plateforme ou de la supprimer. Prix erronés, failles de sécurité récurrentes, lourdeurs dans les mises à jour.... Uplay ne brille pas par son professionnalisme.

Parlons maintenant du gameplay des jeux Ubisoft. Assassin's Creed, série phare de l'éditeur, est une licence de bonne facture mais qui peine à se renouveler. Splinter Cell agonise. Rayman est une série de jeux de plateforme de bonne facture, mais là encore, ce n'est pas une licence neuve.

Ubisoft n'est pas, je dois le reconnaître, aidé par la presse française, qui témoigne d'une trop grande complaisance à son égard. Une complaisance qui ne s'est jamais limitée au jeu vidéo, et qui, bien avant l'essor des produits technologiques, se ressentait déjà dans le sport français. Combien de fois n'at-on pas vu des commentateurs sportifs excuser les contre-performances des athlètes français, se féliciter de leur moindre petite victoire, alors que ces derniers ne se hissaient que rarement aux sommets. Que l'on félicite de grand sportifs ,capables d'obtenir une médaille, est légitime, mais qu'on trouve systématiquement une excuse à un athlète qui n'est que quatrième, cinquième ou dixième, c'est assez exaspérant.

Il en va de même pour Ubisoft. Les pontes de la presse vidéo-ludique le traitent toujours avec une relative indulgence. Canard PC n'échappe pas à la règle, comme en témoigne la note maximale accordée à Far Cry 3, exagérément encensé pour son jeu sur le quatrième mur. Parce qu'Ubisoft est une entreprise française, et que nous n'avons il est vrai que de trop rares talents dans ce pays(ou pour être plus précis, que les talents que nous avons sont sérieusement incités à se casser par le système français), on la traite avec trop de complaisance.Alors, Canard PC qui accorde la note maximale à Far Cry 3 et Montebourg qui s'habille en marinière: même combat.

Par respect pour Ubisoft, exigeons l'exigence. Exigeons qu'Assassin's Creed ne soit plus surnoté. Exigeons qu'une société dont nous achetons les produits cultures fasse preuve de professionnalisme dans le traitement de ses clients. Exigeons qu'Ubisoft se défasse de certains défauts propres à "l'exception française" qui le pénalisent au niveau national et international.

Commenter cet article